Veuillez patienter pendant le chargement de la carte...

Veuillez remplir tous les champs

Obécentre, les centres spécialisés obésité de la région Centre-Val de Loire

Prise en charge médicale

La prise en charge médicale se fait à plusieurs niveaux

blood-pressure-1006791_1280Le premier niveau de prise en charge est assuré par votre médecin généraliste. Il lui revient le soin de reconnaître l’obésité, d’en apprécier l’ampleur en définissant votre IMC (calculez votre IMC) et la répartition anatomique (Tour de taille et risque cardiovasculaire), d’en chercher les causes et les complications.

> En savoir plus sur les causes de l’obésité

En fonction des résultats de ce premier bilan, un second niveau de recours peut être nécessaire. Il correspond aux demandes d’avis spécialisés et/ou d’examens complémentaires. Tel est le cas du recours au pneumologue pour une suspicion d’apnées du sommeil, au cardiologue pour une épreuve d’effort cardiaque, au spécialiste de médecine physique et de réadaptation pour évaluation des capacités musculo-squelettiques…

Le médecin nutritionniste intervient également en second recours auprès du médecin traitant qui peut s’y référer pour participer à la synthèse médicale personnalisée, expliquer et proposer un projet de soin adapté au patient en s’appuyant sur un réseau pluriprofessionnel (formalisé ou non) incluant diététicienne, psychologue, psychiatre, éducateur sportif, etc.

L’alliance thérapeutique entre vous, votre famille et les professionnels de santé qui vous accompagnent est nécessaire. Cette prise en charge personnalisée vous aidera à mettre en place progressivement les mesures qui vous permettront d’atteindre vos objectifs dès lors qu’ils sont réalistes.

Dans les cas les plus complexes (obésité d’origine génétique par exemple) ou les plus graves (obésité avec défaillance d’organe par exemple), le troisième niveau de recours sera sollicité. Il s’agit des centres spécialisées pour la prise en charge des obésités sévères (CSO). Ces centres sont dotés des compétences médico-chirurgicales et des plateaux techniques adaptés aux situations les plus graves.

> Qu’est-ce qu’un CSO?

La prise en charge diététique

repas-equilibreLa prise en charge diététique a pour but de vous aider à changer définitivement vos habitudes alimentaires. Une alimentation diversifiée, sans interdit et assurant un bon équilibre entre les différentes classes d’aliments est nécessaire à votre santé.

Ces changements doivent également vous permettre de manger en quantité suffisante afin de satisfaire votre faim. Les conseils seront personnalisés en fonction de vos préférences alimentaires et de vos besoins énergétiques. Ils pourront être mis en place progressivement, à votre rythme. Les régimes préformatés sont à éviter (diète hyperprotéinée, substitut de repas, régime dissocié, régime hypocalorique restrictif, pesée alimentaire, jeûne long, boissons drainantes, soupe aux choux, médicaments…) car ils sont  pour certains carencés en éléments nutritifs essentiels à la santé et exposent à la reprise de poids et au yoyo. Ils sont généralement difficiles à suivre durablement dans la « vraie vie ».

Les principes généraux de l’alimentation diversifiée et équilibrée qui vous seront présentés sont applicables à l’ensemble de la famille. Il n’est donc pas utile de faire une cuisine particulière pour vous. Le repas pris en famille doit être maintenu. Les différences pourront porter sur les quantités d’aliments mises dans l’assiette et sur les assaisonnements ajoutés individuellement après cuisson. De même, les conseils sur l’environnement des prises alimentaires comme le calme pendant le repas (pas de TV, Smartphone, lecture… pendant le repas), la durée (30 minutes en moyenne), la bonne mastication de chaque bouchée sont à partager avec l’ensemble des membres de la famille.

Le repérage d’un comportement alimentaire particulier (grignotage, compulsion alimentaire, boulimie) constitue une étape importante de la prise en charge diététique. Le travail de la personne sur ses troubles du comportement alimentaire est un facteur de réussite du projet. Ces comportements doivent être pris en charge séparément et préalablement.

La prise en charge diététique permet de vous aider à reconnaître et respecter votre perception de la faim, du rassasiement et de la satiété. Elle vous aide aussi à distinguer la différence entre la faim et l’envie de manger. Cette envie peut être provoquée par une émotion et/ou une tension psychologique intérieure (stress, ennui, tristesse, colère, …).

Rappel définition

  • Faim : ensemble des sensations provoquées par la privation de nourriture, qui incitent l’homme ou l’animal à rechercher des aliments, et que l’ingestion de nourriture fait disparaître (définition de l’O.M.S.)
  • Rassasiement : se définit comme l’extinction du plaisir de manger procurée par l’ingestion d’une quantité suffisante de nourriture
  • Satiété : état de quelqu’un qui est complètement rassasié. Elle désigne la sensation de contentement lorsque l’on a assez mangé, lorsque l’estomac est rassasié. On ressent la satiété quand on a plus faim, que l’on a satisfait son appétit.

La prise en charge psychologique

Il existe des causes psychologiques à l’obésité et l’obésité est elle-même une cause de souffrances psychologiques et sociales. Ces causes et ces souffrances peuvent nécessiter l’aide d’un spécialiste, psychologue et/ou psychiatre.

En créant un espace de parole privilégié, ces spécialistes peuvent vous aider à identifier les situations ou les émotions favorisant la prise alimentaire et vous aider à mieux les contrôler. Ils peuvent également vous accompagner dans la gestion du stress et de l’anxiété en travaillant avec vous à renforcer votre confiance en vous, votre estime personnelle et vos fluctuations de moral.

Relaxation, groupes de paroles, thérapies comportementales sont autant de méthodes qui peuvent être sollicitées et venir compléter/renforcer la prise en charge psychologique individuelle.


L’activité physique adaptée

Obésité Activité physique adaptéeL’inactivité physique et la sédentarité sont à la fois causes et conséquences de la prise de poids.

L’obésité expose à des douleurs articulaires des genoux, de la partie basse de la colonne vertébrale, à des douleurs tendineuses et musculaires qui freinent la capacité à se mouvoir y compris dans la vie quotidienne. L’obésité est également cause d’essoufflement à l’effort ce qui limite les possibilités de pratiquer une activité physique.

> En savoir plus sur les conséquences de l’obésité

Malgré ces facteurs limitants, l’augmentation douce et progressive de l’activité physique, lorsqu’elle est possible, aide au contrôle du poids. Elle permet aussi une amélioration de l’état de santé en général, à la fois physique et mentale.

La pratique d’une activité physique doit être ADAPTÉE en respectant les possibilités de chacun. Une activité d’intensité modérée et régulière est à privilégier. Un bilan de vos possibilités physiques peut être utile à réaliser afin de déterminer non seulement le type d’activité qui vous est possible de pratiquer mais aussi l’augmentation progressive de l’intensité et/ou de la durée de l’exercice choisi.

Bouger plus : oui ! Mais comment ?

La prise en charge médicamenteuse

medications-257336_1280La pharmacopée française n’offre actuellement aucun médicament qui guérit l’obésité. Nombreux sont les médicaments interdits à la vente en raison de leurs effets secondaires indésirables. Certains médicaments, utilisés à tort dans le traitement de l’obésité, ont entrainé des risques pour la santé et ont été retirés des pharmacies. Bruleurs de graisses, tisanes, produits homéopathiques ou autres affichant souvent des résultats miraculeux SONT A ÉVITER ABSOLUMENT.

A ce jour un seul médicament, l’orlistat, est disponible. Il s’agit du XENICAL obtenu sur prescription médicale ou ALLI, médicament moins dosé en produit actif et vendu sans ordonnance. Ces produits ne sont pas des coupe-faim. Ils diminuent l’absorption intestinale des graisses alimentaires, entrainant ainsi une diarrhée graisseuse. Utilisés en association avec des règles diététiques, ils permettent une perte de poids d’environ 10%.
Toutefois, ces médicaments ne sont pas dénués de risque en particulier pour le foie et les reins.